Sites Grátis no Comunidades.net
Regarder en ligne Mon cur

Les expressions françaises décortiquées

Avoir le cul bordé de nouille s

Être très chanceux.

D'une finesse absolue, cette expression a une origine incertaine car si le lien entre le 'cul' et la 'chance' est commun de nos jours, que viennent faire les nouilles dans cette galère et pourquoi 'bordent'-elles ?

Avoir de la chance, c'est avoir du bol ou du cul [1] .
L'ajout des 'nouilles' est apparu de manière certaine vers 1950 en liaison avec des activités sportives (le gardien de but avait le cul bordé de nouilles lorsque le ballon rebondissait sur la barre).

Mais l'expression elle-même serait née plus tôt, dès les années 30, à Marseille, dans le pays de l'exagération chronique, proche de l'Italie, celui des consommateurs de pâtes. Alors qu'il désignait un chanceux ("il a du cul !"), un amateur de galéjades aurait ajouté cette hyperbole "nouillesque" qui en aurait fait le succès.

Une autre explication, strictement réservée aux adultes et peu appétissante, a été toutefois proposée. En l'absence d'une bibliographie sérieuse sur le sujet, elle est à prendre avec des pincettes (ou des baguettes, s'il s'agit de nouilles chinoises) :
Il est connu que, dans certains milieux masculins où les relations de pouvoir sont fortes (comme chez les prisonniers, par exemple), les personnes acceptant de se prêter à des relations homosexuelles en tirent de nombreux avantages (protection, passe-droits. ) assimilés par d'autres à une certaine chance et de la réussite. Mais de telles moeurs pratiquées sans modération peuvent avoir tendance à provoquer des hémorroïdes qui regardées de près et malgré leur couleur peuvent être comparées à des nouilles.
Je ne sais pas s'il y a un réel 'fondement' à cette version, mais compte tenu du flou qui entoure l'origine de cette expression, il était impossible de la passer sous silence.

Cela dit, il ne faut pas oublier aussi qu'en argot, la nouille désigne le pénis. Alors de là à imaginer que dans le même genre de milieu, celui qui a le cul bordé de nouilles est celui sur lequel tout le monde 'passe', augmentant ainsi sa 'chance', il n'y a qu'un petit pas qui pourrait être vite franchi, ce que je m'abstiendrais de faire, en l'absence de sources dignes de foi sur ce sujet.

[1] Voir les locutions correspondantes également traitées dans les pages d'un extraordinaire site dédié aux expressions.

Cette traduction sera définitivement supprimé et ne peut pas être récupéré. Êtes-vous sûr?

Si vous souhaitez savoir comment on dit « Avoir le cul bordé de nouilles » en anglais. en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici

Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d’utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d’erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact

le 11/08/2006
à 20h48

sur quoi tombe-je là, en demandant une expression z’au z’hazard ?
Un cul bordé de nouilles, et qui plus est un cul parfaitement vierge, époque où les expressionistes n’étaient pas assez culottés pour s’épancher sur le cul que leur tendait God.(en tout bien tout honneur, naturellement)
Et une explication parfaitement inexacte, preuve que God débutait seulement sa création. Je ne dirai rien quant à son histoire d’hémoroïdes, dont il nous indique pudiquement qu’ils sont à prendre avec des pincettes.(à moins que ce ne soient les nouilles? ou le cul ?)

Car enfin, il n’échappera à personne que la forme initiale de cette expression ne pouvait être que. "un cul bordé de couilles" .
La belle (le beau ?) ainsi honorée dans ce gang-bang cosmique était consciente de sa chance, en cette époque où les mâles ne seraient plus -dit-on- ce qu’ils étaient (sauf Yannou, mais comme le marbre, c’est un cas rare).
Naturellement l’expression s’est ensuite transformée, afin de pouvoir être utilisée sans choquer. Par exemple. discours de Chirac à Poil (58) le 3 mai 2005. "Français, vous avez le cul bordé de nouilles. le chômage baisse. Je peux me vanter de vous avoir ennnouillé bien profond". Ca fait classe, non !

Le spaghetto oui, l’eau férugineuse, non !

le 12/08/2006
à 05h12

Je ne mangerai plus jamais de nouilles après avoir lu ça.

le 12/08/2006
à 12h38

réponse à . le 12/08/2006 à 05h12 : Je ne mangerai plus jamais de nouilles après avoir lu ça.

Avec un "C", serait-ce plus consommable ?

le 12/08/2006
à 15h01

Avoir le nul bordé de c.
Ou alors l’anus bordé de c.

Il est vrai que ça aurait aussi du sens!

Et le but cordé de nouilles ?
Là, on revient au football, non ?
A défaut de filet, des nouilles derrière les poteaux.

le 13/10/2006
à 20h50

c’est l’expression la plus horrible que je connaisse
et l’explication de christian sur son origine me semble exellente

le 31/12/2006
à 02h36

Bon, là, il est absolument nécessaire que j’intervienne (inter-Autriche), car vous êtes tous complètement hors sujet. L’expression vient bien évidemment de la Marine, et plus précisément de la Marine italienne.
Durant la seconde guerre mondiale, le 31 avril 1940 à 32 h 89 exactement, un U-boot allemand, croyant tirer un navire anglais par son arrière, dans le détroit de Messine, torpilla en fait le "Duce Benito", vaisseau-amiral et fleuron de la flotte de combat de son allié.Quand il avait largué ses amarres, à Messine, il avait le cul bordé de tôles, comme n’importe quel batiment de guerre de l’époque. La torpille en défonça donc tout le bordé de la poupe, et pénétra jusqu’aux cuisines, où elle finit sa course en sodomisant le coq, qui se trouvait malencontreusement penché sur ses fourneaux, mais heureusement pour lui sans exploser (c’était une torpille Krupp). La voie d’eau ainsi produite envahit la réserve des cent vingt cinq mille trois cent soixante quatorze paquets de nouilles qui avaient été embarqués à l’avitaillement, la veille de l’attaque, et devant permettre de subvenir aux besoins alimentaires des mille deux cent trente sept officiers et des trois marins du bord pendant toute la traversée du détroit de Messine.
Sous l’action de l’eau de mer, les nouilles se mirent à gonfler, et, s’épanchant le long de la brèche ouverte par la torpille nazie, vinrent ainsi la colmater, et étaler efficacement la voie d’eau. En arrivant à Reggio di Calabria, en face de Messine, tout le monde put voir le "Duce Benito" entrer au port le cul bordé de nouilles.

le 31/12/2006
à 06h53

réponse à . Elpepe le 31/12/2006 à 02h36 : Bon, là, il est absolument nécessaire que j’intervienne (int.

Voilà une explication historique qui tient la route. Mais si le bateau avait la poupe ornée de spaghettis, le cuistot n’a plus dû avoir d’hémorroïdes pendant longtemps.

Allons à Messine, pêcher la sardine !
Allons à Lorient (mon pays. snif) pêcher le hareng.
pour plus amples renseignements, avec la partoche (mais sans l’éditeur, désolé, LPP)
http://bmarcore.club.fr/paillardes/P106.htm

Bon réveillon à tous !

le 31/12/2006
à 07h55

Nouilles et coquillettes, nous voilà bien proche du coquillard
Le wiktionnaire (cf http://fr.wiktionary.org/wiki/coquillard) nous donne la définition suivante :

"Du français coquille.
Dès le XIVe siècle au moins, le mot coquille est assorti de connotations scatologiques et renvoit à l’anus. Les mêmes sous-entendus scabreux sont associés au mot œil. Enfin, celui-ci, par sa forme, est aussi assimilé à une coquille.
Il y a donc un triple jeu d’associations, d’allusions et de remotivations entre coquille et anus, coquille et œil, œil et anus."

Mais pourquoi tant de digressions.

Juste pour vous emmener quelques instants dans le vocabulaire des imprimeurs chez qui une erreur dans un texte s’appelle une ’coquille’. Regardez bien il y a une lettre surnuméraire. Comme par hasard, c’est le ’q’ !

Nouille, couille, et coquille se révèlent vraiment voisins.

le 31/12/2006
à 08h19

Ne dit-on pas de quelqu’un qu’il est une nouille quand il est "con". Peut-être cette expression vient-elle de la marine. Les marins au long cours ne rêvaient-ils pas d’abondance féminine sur le chemin du retour (et peut-être même de l’aller s’ils étaient partis à jeûn) ?

Il n’y a qu’un marin ou un Breton qui puisse répondre.

le 31/12/2006
à 08h53

réponse à . Elpepe le 31/12/2006 à 02h36 : Bon, là, il est absolument nécessaire que j’intervienne (int.

Et bien, suis-je donc heureux que Elpépé ait pris la parole avant moi, pour raconter autre chose que ce qui va suivre.
En effet, il m’eût fallu reconnaître qu’il m’eût retiré les nouilles de la bouche, ce qui, connaissant l’endroit où celles-ci se trouvaient au pré à l’able, aurait tété - vous en cons viendrez - peu ragoûtant!
Mais bon, trèves de digression.

L’expression, comme il l’a annoncé, vient bien de la marine. Mais ceci est la seule chose exacte que Elpépé dans son délire obsessionel a réussi à nous servir.
Bon. Voici maintenant la vérité historique:
dans la marine à voile, le benjamin de l’équipage, mousse de son état, servait d’exutoire à tous les autres. membres. de l’équipage.
Pour faciliter le contact et leur permettre de mieux pénétrer les mystères de la nature (qui n’étaient plus mystères que pour le benjamin), il leur fallait enduire les pièces entrant en contact d’un magma coulissant.
Le chef, étant occupé lui aussi, laissa un jour cuire ses nouilles beaucoup trop longtemps. Tellement longtemps, d’ailleurs, qu’elles en étaient devenues inmangeables. Mais, par contre, il les enroula autour de son axe, ce qui lui permit, avec en plus la mousse de l’eau de cuisson placée à l’endroit idoine, d’effectuer cette visite qu’il souhaitait depuis longtemps. C’était chaud, me direz-vous. Là, je répondrai deux choses:
- d’abord, pour le savoir, c’est que vous avez déjà essayé, non?
- ensuite, la chaleur permettait une certaine dilatation, qui n’était pas à négliger.

Voili, voilà, voilou. La vérité historique étant maintenant rétablie, je pense pouvoir retourner me coucher, sans mousse, sinon pour coronner mon verre de bière, puis ce soir, dans ma coupe, avec la Veuve Cliquot. (j’ai horreur de fêter seul, et puisqu’elle aussi se sent un peu seule, j’ai décidé de l’inviter à ma table, en tout bien tout donneur, bien entendu!)
Bon réveillon et bonjour chez vous
PS: Jonayla: t’es rentrée du bureau, à c’te heure?

le 31/12/2006
à 09h52

Le choix de l’’expression du jour, est - faut-il le rappeler - le fruit du hasard.
Dura lex sed lex (pour les ignares du site, je précise qu’il ne s’agit pas d’une pub pour les préservatifs, mais d’une expression latine). en ce jour de réveillon, nous aurions pu espérer plus délicat mais faudra faire avec -comme dit la jeune mariée le soir de sa nuit de noce, en secouant la nouille de son époux !

En ce dernier jour d’une année dont il était clair depuis déjà plusieurs mois, qu’elle ne passerait pas l’hiver, je vous souhaite donc un cul bordé de nouilles, et si vous ne savez pas quoi faire ce soir, je vous suggère le cul, plutôt que les nouilles !
Bonne année à tous.

le 31/12/2006
à 10h25

réponse à . file_au_logis le 31/12/2006 à 08h53 : Et bien, suis-je donc heureux que Elpépé ait pris la parole avant.

"délire obsessionnel" est un non-sens, Filou, et il me contristerait que tu finisses l’an sur pareille idée fausse.
Selon la première topique du gars Sigmund, les obsessions sont du domaine de la névrose. obsessionnelle, la bien nommée, et signent une régression, plus ou moins sévère, au stade anal (voir tous ces termes dans Wikipedia ou autre), chose très couramment répandue dans la population générale. Alors que les délires sont du domaine des psychoses.
Mais de là à traiter le premier venu de "trou-du-cul", il n’y a qu’un pas qu’un marin lorientais franchira aussi facilement que le détroit de Messaline Messine (cette page )

le 31/12/2006
à 12h07

réponse à . Elpepe le 31/12/2006 à 10h25 : "délire obsessionnel" est un non-sens, Filou, et il me contristerait que.

il y a des cas où névrose
Et psychoses.
C’est la même chose!
Et, servi à ta sauce,
Cela ne sert à rien que j’ose
prétendre connaître la dose
A laquelle se mesure la dépose.
Je ne suis pas le magicien d’Oz!

Pense à ta cirrhose
Et termine l’année en apothéose!

le 31/12/2006
à 12h28

réponse à . file_au_logis le 31/12/2006 à 12h07 : il y a des cas où névrose Et psychoses. C’est la m&eci.

Toi aussi. En apothéose chez l’apothicaire du coin, ou en métempsychose, en mettant le Petit Chose du gars Alphonse dodu. Peu importe le vain, pourvu qu’on ait la fesse, comme dirait

€‚ƒ„…†‡ˆ‰Š‹&Oelig;Ž‘’“•–˜™š›œ .
Allez, bonne fin d’année à tous, et chantons en chœur le Nouveau Monde de Bush 2007, bien meilleur nous assure-t-il.

le 31/12/2006
à 13h31

My God,
Bénissez tous mes amis internautes
surtout les joyeux Expressionautes
et leur famille, la mienne, et mes amis.

Gardez-les au chaud, à l’aise et. sapristi.
dans mon cœur, ils ont une place privilégiée.
Il y a autre chose que je désirerais
que vous acceptiez de m’accorder
j’espère que ce n’est pas trop demander :
Bénissez mon ordinateur, s’il vous plaît,
je sais que c’est une supplique inusitée
mais, my God, laissez-moi vous expliquer :
Ce petit écran magique de métal et de plastique
contient beaucoup plus que des images uniques
et des blagues que je ramasse sur le Net,
c’est important, ce n’est pas une amusette …
car à l’intérieur de ce cerveau mécanique
restent mes amis de France et de Belgique.
Je les connais un peu, par leur gentillesse,
et leurs messages qui me gardent le moral.
Et oui, grâce à cette petite boîte de métal
j’arrive chez eux, là où vivent certains,
parfois même dans des pays lointains.
Je fais bien sûr référence à l’Autriche !
Nous partageons un peu de notre sagesse
ou quelques rires … et la culture s’affiche.
Bénissez évidemment mon carnet d’adresses
qui est source d’amitié = de grande richesse.
Bénissez les chanceux au "cul beurré de nouilles"
en ce dernier dimanche où chacun fait sa tambouille
Pour fêter dignement, en compagnie, cet événement
qu’est la fin de 2006, et le début du « Nouvel An »

le 31/12/2006
à 18h24

réponse à . cotentine le 31/12/2006 à 13h31 : My God, Bénissez tous mes amis internautes surtout les joyeux Expressio.

Je souhaite à chacun et chacune, une fois d’est pas coutume, d’avoir mieux que des nouillles à son repas de ce soir, et un siège confortable pour poser son cul au chaud. Que la Fête soit au coeur de chacun. Pour la Paix, il eût fallu que nous fiissions le même voeu à l’annnée nouvelle musulmane, juive, et d’autres que j’ignore. Voilà un projet qui serait bien, de commencer par mettre tous les calendriers d’accord.

En attendant, Claudine ne me contredira pas. A l’an que ven, et que si sien pas plus, sien pas moins !*

* A l’an qui vient, et que si nous ne sommes pas plus, nous ne soyons pas moins !

le 31/12/2006
à 18h28

réponse à . cotentine le 31/12/2006 à 13h31 : My God, Bénissez tous mes amis internautes surtout les joyeux Expressio.

T’as pas un peu fini
De nour faire chialer, là,
Tellement c’est gentil!

N’oublions personne: Momolala,
Elpépé, Hobbes, Yannou
Chirstian, Jonayla, Mirlou

Rikske, qu’on ne voit plus depuis quelques jours,
Flexique, Peinard-best, et même Chapichapou
Lorangoutan et Lamone, en ce jour
Sont intervenus peu ou prou.

Eureka et Claudine nous manquent aussi
Borikito, Pipissite qui nous a rejoint hier,
Et Louisann, PetulaPerrot et sa bière
Canelle et son p’tit Lowie

Castello, Framboise, qu’on ne lit pas souvent,
SyntaxTerror, Gold30 et Mident
Plus tous nos intervenants épisodiques,
Ceux et celles des temps jadix*,

Mais en aucun cas, n’oublions GOD!

*Ca, ca s’appelle une license powétique!

le 31/12/2006
à 23h25

Bonne et heureuse année à tous,je vous envoie 2007 bisous.

le 01/01/2007
à 00h43

Moi aussi je vous souhaite rien que de bonnes choses pour 2007 et surtout, longue vie à expressio.fr. Bisous à tous et toutes.

le 04/10/2012
à 00h55

Quand je faisais mon service - il y a de ça plus de 40 ans - un engagé m’avait expliqué qu’en langage militaire une nouille signifiait un gradé (à cause de la fouragère qu’il porte sur l’épaule. Plus la fouragère est fournie, plus il y a de nouilles dans le plat et plus celui qui la porte est gradé). Avoir le cul bordé de nouille, ce serait connaitre beaucoup de gradés, autrement dit être planqué.

le 14/02/2014
à 04h17

"Ça le ferait-il revenir, ajouta-t-elle,
De pousser la piété jusqu’à l’inanition :
Que diriez-vous d’une frugale collation ?" (des nouilles ?)

"Retroussant l’insolente avec nulle tendresse,
Conscient d’accomplir, somme toute, un devoir,
Mais en fermant les yeux pour ne pas trop en voir,
Paf. j’abattis sur elle une main vengeresse !
"Aï’. vous m’avez fêlé le postérieur en deux !"
Se plaignit-elle, et je baissai le front, piteux,
Craignant avoir frappé de façon trop brutale.
Mais j’appris, par la suite, et j’en fus bien content,
Que cet état de chos’s durait depuis longtemps :
Menteuse. la fêlure était congénitale."

Faut quand même reconnaître qu’il y a du relâchement sur ce /slurp merveilleux site.
Pendant que Bouba promène son cul coyote en Harley Davidson, Germaine promène le sien sur les remparts de Varsovie.

Tandis que moi tous les soirs
Je suis vestiaire à l´Alcazar

le 14/02/2014
à 04h50

Eh bien voilà. Depuis début février, on tournait autour. on le sentait venir – si je peux m’exprimer ainsi - il est là et stylé.
2005. 2006. 2007. 2012. Avec le temps, il a pris du volume. 31 contrib. c’est vite lu et il y a de superbes envolées à ne pas manquer.

le 14/02/2014
à 04h52

réponse à . mickeylange le 14/02/2014 à 04h17 : "Ça le ferait-il revenir, ajouta-t-elle, De pousser la piét&eacute.

4:17:52. tu es tombé du plafond.

Chic. le CD sur la platine
Comme tes mains - vengeresses ou caresses - sont employées à fesser quelque joli p’tit cul. comme Bouba a l’âme vagabonde aujourd’hui. je m’occupe du café.
Germaine (en direct de Varsovie !)

le 14/02/2014
à 08h28

réponse à . God le 14/02/2014 à 13h05 : Mauvais raisonnement. Crois-tu vraiment que, si je décidais des red.

à part une seule fois où il y avait eu une demande argumentée de Filo (mais avec ma mémoire de poisson rouge, j’ai oublié la raison)

Heureusement, certains ont plus de mémoire que Toi. il s’agissait de "la quille", expression de 2007 rediffusée le 12/10/2009, pour le départ en retraite de HoubaHOBBES.
Voir cette page. #100 et suivants, en particulier le # 104.
Un bien beau moment de la vie du site.

le 14/02/2014
à 16h05

réponse à . deLassus le 14/02/2014 à 15h15 : à part une seule fois où il y avait eu une demande argument&eacute.

Laisse béton.
Il aime le cul mais il ne veut l’avouer, alors il accuse son logiciel d’être pervers. N’empêche que c’est lui qui traite les expressions, et là il peut pas accuser son logiciel allez à Thouars de choisir des expressions sur le cul à sa place. C’est le plaisir des Dieux. Et pis c’est tout.

le 14/02/2014
à 21h57

réponse à . Ratanak le 20/08/2015 à 18h19 : Wouaouhh. Je suis zeureux Je dois avoir le c** bordé de noui.

Euh. pourquoi tu bêles.

Parce que depuis longtemps, je prononce ce mot avec l'emphase [façon Marie-Chantâââl !] correspondant à mon admiration pour ce site !

Certains d'ici (mauvaises langues à n'en pas douter) te diront que c'est dû à ma fréquentation des Desgrands-Latour. Mais vais te dire. m'en fous.

le 20/08/2015
à 19h39

réponse à . DiwanC le 20/08/2015 à 19h03 : Euh. pourquoi tu bêles. Parce que depuis longtemps, je prononce ce.

J'avais déjà remarqué que tu étais tout à fait en phâââse avec ce site. Quant aux on-dit, les chevaux à Blois (41000), le car à Vannes (56000) passe, n'est-ce pas ?

le 20/08/2015
à 23h22