Sites Grátis no Comunidades.net
Streaming L

La coutume, voire la nécessité, de tenir compte de l'opinion des autres remonte au passé le plus lointain. Même dans les sociétés tribales où l'écriture est inconnue, les opinions des autres sont importantes. Cela signifie donc que les interactions entre coprésents, seule forme possible de communication dans ces groupes, doivent aussi tenir compte de l'avis supposé des absents. Dans de rares cas, principalement dans le cadre de conflits dépassant les limites de la famille, on voit se constituer des interactions « à grande échelle », auxquelles tous (tous les hommes aptes à se battre) participent ou peuvent participer et qui engendrent l'apparition d'une sorte d'opinion collective. Dans le cours normal de la vie, de multiples interactions se déroulent simultanément et chacun des présents est susceptible d'être absent à un moment ultérieur, de sorte que la présence du futur absent remplit une fonction d'équilibrage nécessaire et assure, plus peut-être qu'on ne peut le reconstruire a posteriori, la génération d'un univers symboliquement présent, qui permet de s'orienter au lieu de poser des questions et de s'engager à nouveau dans des interactions des présents avec les absents.

Cette condition est modifiée par la complexité croissante des sociétés (urbanisation, stratification, différenciation des rôles). Il devient alors difficile de deviner ce que pensent ou penseraient les autres sur des sujets auxquels ils ne sont pas ou n'ont jamais été confrontés. Elle change aussi

* Traduction de « Die öffentliche Meinung », Die Politik der Gesellschaft, Frankfurt, Suhrkamp, 2000, réalisée par S. Avril de l'INIST-CNRS et revue par F. Jobard.

Politix. Volume 14 - n° 55/2001, pages 25 à 59